Photo du champion d'Australie

Qui connaissait Michael Hepburn avant cette saison ? Mis à part les supporters d’Orica et les fans de cyclisme sur piste peu de gens connaissaient le jeune aussie de 22 ans qui évoluait il faut dire dans l’ombre de coureurs comme Luke Durbridge ou de plus jeunes comme Damien Howson. Pourtant au début de cette année le coureur de Brisbane a annoncé vouloir se consacrer uniquement à la route … et avec succès puisqu’il a enlevé tout d’abord le championnat d’Australie de contre-la-montre puis le chrono du Tour du Qatar. Mais d’où vient-il ? Présentation.

Comme beaucoup d’australiens et d’anglais, Hepburn a été formé sur la piste. En 2009 à Moscou, alors âgé de 17 ans, il participe aux championnats du monde juniors où il remporte la poursuite individuelle, établissant le record du monde qui tiendra jusqu’à février 2010, et finit deuxième de la poursuite par équipes. En 2010 Michael signe avec l’équipe continentale Jayco qui forme et à formé la majorité des pro australiens mais continue à se consacrer principalement à la piste tout en testant la route. A Ballerup (Danemark) il est champion du monde de poursuite par équipes avec l’équipe australienne composée de Cameron Meyer, Jack Bobridge et Leigh Howard, tous trois passés professionnels depuis et avec succès, une médaille en or et une en bronze en poursuite sur les jeux du Commonwealth et deux d’or sur les jeux d’Océanie. Parallèlement il remporte le championnat d’Australie espoirs en ligne et d’omnium élite ainsi que le contre-la-montre par équipes du Tour de Thuringe. Puis en fin d’année il participe aux championnats du monde espoirs à domicile ou son leader Matthews remporte le titre.

_dsc4178_600

En 2011 il reste chez Jayco et tente à nouveau de mêler les deux disciplines. Sur piste à Alpedoorn il conserve son titre sur la poursuite par équipes avec cette fois Durbridge, Dennis et Bobridge et termine troisième de la poursuite individuelle dominée par les océaniens … battu par son ami Bobridge, Sergent le néo-zélandais finissant deuxième. Sur route il remporte 4 victoires : le contre-la-montre du Tour de Thuringe comme en 2010, une étape du Tour de Norvège dans laquelle il règle une échappée 5 coureurs dont Rasmussen et Kelderman mais surtout deux étapes du Tour de l’Avenir (3ème étape en ligne à Porrentruy et le prologue), il se fera remarquer avec une célébration un peu particulière (l’inventeur de la quenelle ?) avant de finir troisième du championnat du monde de contre-la-montre espoirs, la victoire revenant à un autre australien… Durbridge.

En 2012 il signe avec la toute nouvelle formation australienne GreenEDGE mais décide de se consacrer presque exclusivement à la piste puisque les championnats du monde se déroulent chez lui, à Melbourne. Il réussit son objectif en remportant la poursuite individuelle et finissant deuxième de la poursuite par équipes. L’année d’après il recommence à mixer route et piste et réussit pour la première fois à remporter le championnat du monde de poursuite par équipes et individuel, ses 4ème et 5ème titres de champion du monde de poursuite. Il va aussi finir deuxième des championnats du monde de contre-la-montre par équipes avec Orica, ratant la victoire pour moins d’une seconde. Durant toute la saison il court de très nombreuses courses en tant qu’équipier avec Orica.

Au début de cette année il a annoncé qu’il quittait la piste pour ne courir que sur route, notamment pour se tester sur les flandriennes qui pourraient lui convenir au vu de ses qualités de rouleurs. Sur les deux premiers mois de cette année il à déjà surpris en bien le monde du cyclisme puisque il s’est imposé pour la première fois sur ses championnats nationaux de contre-la-montre devant Durbridge et Howson, puis est venu il y a quelques jours inaugurer déjà son beau maillot jaune et vert sur la troisième étape du Tour du Qatar, un contre-la-montre individuel battant au passage Boom ou plus étonnant le grand Cancellara. Une victoire qui montre qu’Hepburn a encore passé un cap cette année et qu’il pourrait bien réaliser de bons résultats cette saison sur les chronos avec en ligne de mire une première participation à un GT ? Ce qui est sûr c’est qu’il aura à cœur d’honorer son maillot. A 22 ans il a toutes les clés en mains pour réussir une belle carrière sur route.

Article écrit par Le Suisse

Michael Hepburn, rouleur à l’australienne

Laisser un commentaire