Jean-Christophe Péraud, un champion à la carrière atypique

Modérateur : Animateurs Cyclisme

Avatar de l’utilisateur
AG2R
Animateur Communication
Messages : 3460
Inscription : 18 févr. 2011, 18:30
Localisation : Gironde
Contact :

Jean-Christophe Péraud, un champion à la carrière atypique

Message par AG2R » 29 juil. 2014, 21:01

Ce dimanche, Jean-Christophe Péraud est monté sur la deuxième marche du podium du Tour de France. Il a 37 ans, mais comme Thibaut Pinot, 3ème, il n’est professionnel que depuis 2010. Retour sur une carrière atypique qui vient de le mener aux sommets.


Jean-Christophe Péraud fait partie de ces coureurs, comme Jérémy Roy, qui mènent de front grandes études et carrière sportive. Sauf que Péraud n’a pas la chance d’intégrer une grosse équipe professionnelle et, en 2005, après avoir obtenu le diplôme de l’INSA de Lyon ¹, doit chercher un employeur qui acceptera bien de l’engager à mi-temps pour pouvoir continuer sa carrière de vététiste à haut niveau. Car Péraud, qui a déjà 28 ans à l’époque a déjà été sacré Champion d’Europe de cross-country par équipes en 2002, Champion de France de VTT Marathon en 2003, année où il remporte également le Roc d’Azur. Mais à la fin de l’année 2005, Péraud n’a trouvé aucune entreprise prête pour son projet et s’apprête à arrêter sa carrière de vététiste de haut niveau. Mais la roue va tourner pour le natif de Toulouse.
En effet, la société Sfarsteel va lui offrir ce dont il souhaitait, dans l’optique de prendre part aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Il faut dire que durant l’année 2005, Péraud a été sacré Champion d’Europe et vice-champion de France de Cross-Country. Ainsi, Jean-Christophe Péraud va rejoindre l’équipe espagnole Orbea pour un bail de trois ans devant le mener à Pékin. Si la saison 2006 est plutôt maigre en termes de résultats – hormis une première victoire sur route, aux Boucles Sud Ardèche – il va progressivement élever son niveau jusqu’à atteindre son objectif. Ainsi, il remporte à nouveau le Roc d’Azur en 2007 et est 3ème du Championnat de France de cross-country avant de monter sur la deuxième marche derrière l’intouchable Julien Abaslon l’année suivante, où il est également sacré champion du monde et d’Europe de cross-country par équipes. Aux Jeux Olympiques de Pékin, il est un des trois français à prendre le départ (avec Julien Absalon et Cédric Ravanel). A l’arrivée, Absalon conserve sont titre, mais une minute plus tard c’est Péraud que l’on voit franchir la ligne d’arrivée tandis que le suisse Nino Schurter prend la médaille de bronze.
Image
Jean-Christophe Péraud à Pékin, en route vers la médaille d’argent
L’année suivante, Jean-Christophe Péraud met quelque peu de côté le VTT, son contrat chez Orbea se terminant. Champion de France amateurs sur route en 2008, Péraud surprend tout le monde en devenant champion de France du contre-la-montre alors qu’il porte le maillot de l’équipe amateur Creusot Cyclisme. Ainsi, il va se lancer dans un nouveau défi : passer professionnel, mais sur la route à présent. Et c’est l’équipe belge Omega Pharma-Lotto qui va lui donner sa chance, que l’ingénieur saura saisir. En début de saison, il finit notamment huitième de Paris-Nice et quatrième du Tour du Pays Basque. Mais il ne pourra prendre part au Tour de France à cause d’une septicémie. Péraud va découvrir la grande course de juillet en 2011, mais chez AG2R La Mondiale, où il peut jouir d’un statut de leader. Tout au long de la saison, il va montrer la légitimité de sa signature en tant que leader, terminant entre autres deuxième du Tour Méditerranéen, sixième de Paris-Nice ou encore septième du Tour de Pékin. Mais surtout, Péraud termine son premier Tour de France à une très belle neuvième place ². Sauf que comme trois ans plus tôt à Pékin, un français a fait mieux que lui, en l’occurrence Thomas Voeckler, 4ème dix jours en jaune. Qu’importe s’il n’est pas pleinement sous les feux des projecteurs des médias français, le voilà reparti pour un nouvel objectif, bien plus ardu cette fois : réussir à la fois sur le Tour de France et aux Jeux Olympiques de VTT à Londres en 2012. Mais il va passer totalement au travers de ses deux objectifs (44ème du Tour de France et 29ème des JO).
En 2013, Jean-Christophe Péraud fait table rase et, dès février, remporte la première victoire de sa carrière, au Mont Faron sur le Tour Méditerranéen, qu’il termine à nouveau à la deuxième place. Au fur et à mesure de la saison, Péraud montre qu’il va bien falloir compter sur lui pour le Tour de France, comme avec sa troisième place sur Paris-Nice. Sur le Tour de France, justement, il se montre bien présent, et au départ du contre-la-montre entre Embrun et Chorges, il est classé à la neuvième place du général. Mais, au lieu de lui permettre de remonter au classement, ce sera plutôt une journée chaotique qu’il vivra. Lors de la reconnaissance, il chute et en course, rebelote, dans un des tout derniers virages du parcours, alors qu’il réalisait jusque-là de bons temps. Péraud remonte rapidement mais … dans la voiture de son manager, Vincent Lavenu. Alors qu’il avait déjà un trait de fracture de la clavicule, Péraud souffre suite à sa deuxième chute d’une fracture déplacée de la clavicule.
Péraud attaque la saison 2014 avec le même programme, à une différence près, Tirreno-Adriatico remplace Paris-Nice, qui n’a pas de contre-la-montre au programme. Et après avoir de nouveau terminé le Tour Méditerranéen à la deuxième position et gagné l’étape du Mont Faron, il réalise un très beau Tirreno-Adriatico, au contact de Quintana et Kreuziger notamment. Le leader d’AG2R La Mondiale va continuer sa marche en avant sur le Critérium International qu’il remporte, profitant par ailleurs de la bonne dynamique qui s’est installée dans l’équipe française. Après une nouvelle réussite au Tour du Pays Basque, Péraud retombe d’un cran avec des résultats en demi-teinte au Tour de Romandie et au Critérium du Dauphiné, ce qui ne le prépare pas de la meilleure manière pour le Tour de France, son objectif de la saison.
Mais sur la Grande Boucle, suite aux abandons successifs des deux grands favoris, Christopher Froome et Alberto Contador, Jean-Christophe Péraud va saisir sa chance. Derrière l’intouchable Vincenzo Nibali, le français se montre le plus à son avantage avec Thibaut Pinot. A Risoul et à Saint-Lary, il sera d’ailleurs le seul à suivre le Requin de Messine jusqu’au sommet. Le contre-la-montre de 54 kilomètres la veille de l’arrivée va lui permettre de grimper sur la deuxième marche du podium, juste devant un autre français, Thibaut Pinot.
Image
Jean-Christophe Péraud, 2ème du Tour, parade tout sourire sur les Champs Élysées
Six ans après sa deuxième place aux Jeux Olympiques de VTT cross-country, voilà Jean-Christophe Péraud sur la deuxième place du Tour de France, la plus grande épreuve cycliste sur route, à l’âge de 37 ans. Dans les deux années de carrière – si ce n’est plus – Jean-Christophe a donc encore de beaux résultats à faire, notamment sur le Tour d’Italie, dont il a désormais fait un de ses objectifs pour le futur.

¹ : Jean-Christophe Péraud est diplômé en génie énergétique et environnement option génie des procédés et environnement.
² : Après suspension d’Alberto Contador, initialement 5ème
Retrouvez cet article sur mon blog
898-665-0-70/6ea22
Répondre

Revenir à « Articles Cyclisme / Cycling Articles »