[PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Modérateur : Animateurs Récits

Répondre
Avatar de l’utilisateur
f2ff
Sérieusemennt calé
Messages : 573
Inscription : 05 mars 2011, 21:06
Equipe Préférée : Mapei

[PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par f2ff » 29 sept. 2013, 00:26

Voilà, après un long moment d'arrêt, le crash du forum de Cyanide et celui de PCM France (qui ont fait disparaître l'intégralité de mon récit sur les deux forums), j'ai enfin décidé de relancer mon récit avec mon équipe KBC - Kraft Foods. Je commencerais par reposter les pages qui ont été effacées, je m'excuse donc au près de ceux qui risque de trouver ça un peu longuet car ils se souviennent encore des résultats (même si ça ne concerne qu'une minorité puisqu'il y a beaucoup de nouvelles têtes qui sont apparues sur le forum depuis que j'ai stoppé mon récit) d'autant plus que ça risque de me prendre pas mal de temps.

Une fois ces considérations évacuées, je vais présenter pour les nouveaux venus (et anciens à la mémoire courte :mrgreen: ) les spécificités de mon récit.
Je joues une équipe 100% personnalisée, composée uniquement de Belges et d'Australiens (la nationalité des deux sponsors de l'équipe) avec la DB de PCM Daily (les notes sont assez élevées, notamment après quelques années d'évolution donc il ne faut pas s'inquiéter si un coureur paraît monstrueux c'est loin d'être le seul). La difficulté de la carrière est normale (de mémoire) et je joue en difficile. Le recrutement se fait exclusivement à base de jeunes scoutés. Le magnifique maillot de l'équipe (ainsi que les maillots de champions nationaux/du monde associés) est l’œuvre de deaddisco que je remercie d'autant plus que mes talents de tricoteur sont proche du néant. Ce sera un récit à l'anglaise dans le style de julichbob, darkheaven... ce qui veut dire qu'il ne faut pas s'attendre à avoir des résumés de course qui fassent des pages et des pages même s'il y aura sur certaines grandes courses des pages avec fond (ça reste très rare cependant). Même si la carrière commence en 2010, le récit à proprement parler débute en 2013 (date à laquelle l'équipe commence à devenir compétitive ce qui rend le récit intéressant car faire 30ème du Tour de Belgique c'est pas très passionnant pour le joueur et le lecteur, enfin c'est mon avis en tout cas).

Les posts suivants (évolution de l'effectif, palmarès, résumés des saisons...) évolueront au fur et à mesure pour ne pas spoiler les résultats pour les nouveaux venus. C'est tout ce qui me viens à l'esprit il est donc temps de faire place au récit lui-même.

Index du récit
2013
Présentation de l'équipe, rencontre avec Defrem et Championnats d'Australie
Tour Down Under
Etoile de Bessèges
Tour Méditerranéen
Tour du Haut-Var
Het Nieuwsblad, Kuurne-Bruxelles-Kuurne et Le Samyn
RCS boude KBC
Trois Jours des Flandres Occidentales
Nokere Koerse, Classique Lore Atlantique, Cholet Pays de Loire et A travers les Flandres
Critérium International
Trois Jours de la Panne
RCS débouté
Grands Prix de Rennes, de l'Escaut et Ciremi et Albert Achterhes Profronde van Drenthe
Vers une réconciliation ASO - KBC
Paris-Camembert, Flèche Brabançonne, Grand Prix de Denain et Tour du Finistère
Vincenzo Defrem : La naissance d'une superstar (1/2)
Vincenzo Defrem : La naissance d'une superstar (2/2)
Flèche Wallonne, Grand Prix de Llodio
Liège-Bastogne-Liège
Tour de Picardie, Circuit de Lorraine, Tour de Belgique
Tour du Luxembourg
Tour de Zélande
Ster ZLM Toer
Championnats de Belgique
Tour de la Communauté de Madrid
Tour de Wallonie
Circuit de Getxo, Trophée Matteotti, Subida a Urkiola
Les Nouveaux Défis de Vincenzo Defrem
Paris-Corrèze
Tour de l'Ain
Trois Vallées Varésines, Coupe Agostoni, Coupe Bernocchi, Trophée Melinda
Transferts (1/4)
Transferts (2/4)
Transferts (3/4)
Grand Prix de Plouay, Tour de Vénitie, Coupe Placci
Grand Prix Jef Scherens, Paris-Bruxelles, Circuit de Fourmies, Grand Prix de Wallonie, Grand Prix d'Isbergues
Transferts (4/4)
La montée de KBC bloquée ?
Championnats du monde
KBC sera bien Pro Tour !
Circuit Franco-Belge
Tour d'Emilie, Grand Prix Beghelli
Milan-Turin, Tour du Piémont, Coupe du Japon
Vélo d'Or : La fin du suspense est proche
Vélo d'Or : Un ancien et un nouveau pour une première
2013 : Bilan global
Transferts de fin de saison

2014
KBC Kraft Foods à l'assaut du Pro Tour
Championnats d'Australie
Tour Down Under
Trois Jours des Flandres Occidentales
Tirreno-Adriatico
Milan-San Remo : Présentation des favoris
Milan-San Remo : La course
Tour de Catalogne
Tour des Flandres (1/2)
Tour des Flandres (2/2)
Tour du Pays Basque
Cofidis accélère sur le dossier Defrem
Paris-Camembert, Flèche Brabançonne et Tour du Finistère
Amstel Gold Race, Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège
Tour de Romandie
Tour d'Italie (1/3)
Tour d'Italie (2/3)
Tour d'Italie (3/3)
Tour de Belgique, Tour du Luxembourg, Dauphiné Libéré
Championnats de Belgique, Tour de Wallonie, Classique de Saint-Sébastien
Tour de Pologne
Classique de Hambourg, Tour du Limousin
Transferts (1/4)
Defrem va rester
Transferts (2/4)
Eneco Tour, Grand Prix de Plouay, Tour de Vénitie
Transferts (3/4)
Tour d'Espagne (1/3)
Tour d'Espagne (2/3)
Transferts (4/4)
Tour d'Espagne (3/3)
Grands Prix de Québec, Montréal et Wallonie
Championnats du monde du contre-la-montre et de la course en ligne
Circuit Franco-Belge
Tour d'Emilie, Paris-Tours, Milan-Turin, Tour du Piémont
Tour de Lombardie
Vélo d'Or : Présentation des nominés
Vélo d'Or : Defrem rafle tout

2015
Le guide des transferts de fin de saison, Contador contre Defrem : le combat continue en 2015, le programme de Vincenzo Defrem et Gilbert de retour au premier plan ?
Les meilleurs coureurs du peloton 2015
Championnats d'Australie
Tour Down Under
Contador répond à Defrem !
Het Nieuwsblad, Kuurne-Bruxelles-Kuurne, le Samyn
Trois Jours des Flandres Occidentales
Tirreno-Adriatico
Milan-San Remo (1/2)
Milan-San Remo (2/2)
Tour de Catalogne
Dernière modification par f2ff le 07 mai 2015, 18:31, modifié 94 fois.
Image
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
f2ff
Sérieusemennt calé
Messages : 573
Inscription : 05 mars 2011, 21:06
Equipe Préférée : Mapei

Re: [PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par f2ff » 29 sept. 2013, 00:26

Evolution de l'effectif

2010
Image
2011
Image
2012
Image
2013
Image
2014
Image
Dernière modification par f2ff le 11 avr. 2014, 22:14, modifié 3 fois.
Image
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
f2ff
Sérieusemennt calé
Messages : 573
Inscription : 05 mars 2011, 21:06
Equipe Préférée : Mapei

Re: [PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par f2ff » 29 sept. 2013, 00:26

Résumé des saisons

2010
Image
2011
Image
2012
Image
2013
Image
2014
Image
Dernière modification par f2ff le 22 févr. 2015, 00:13, modifié 4 fois.
Image
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
f2ff
Sérieusemennt calé
Messages : 573
Inscription : 05 mars 2011, 21:06
Equipe Préférée : Mapei

Re: [PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par f2ff » 29 sept. 2013, 00:26

Palmarès

2010
Total équipe : 0 victoire
2011
Vincenzo Defrem - 1 victoire
Grand Prix de Wallonie

Total équipe : 1 victoire
2012
Vincenzo Defrem - 10 victoires
Une étape du Tour Down Under
Une étape de l’Etoile de Bessèges
Une étape des Trois Jours des Flandres Occidentales
Trois Jours des Flandres Occidentales
Tour du Finistère
Une étape du Tour de l’Ain
Trophée Melinda
Tour de Vénitie
Milan-Turin
Coupe du Japon

Total équipe : 10 victoires
2013
Vincenzo Defrem - 28 victoires
Trois étapes du Tour Down Under
Tour Down Under
Grand Prix de Rennes
Grand Prix de Ciremi
Paris-Camembert
Flèche Brabançonne
Grand Prix de Denain
Tour du Finistère
Liège-Bastogne-Liège
Une étape du Tour de Wallonie
Tour de Wallonie
Deux étapes de Paris-Corrèze
Paris-Corrèze
Deux étapes du Tour de l'Ain
Tour de l'Ain
Trophée Melinda
Grand Prix de Plouay
Tour de Vénitie
Grand Prix Jef Scherens
Grand Prix de Wallonie
Grand Prix d'Isbergues
Championnat du monde
Tour d'Emilie
Milan-Turin

Pat Delcroix - 1 victoire
Circuit Franco-Belge

Total équipe : 29 victoires
2014
Vincenzo Defrem - 19 victoires
Milan-San Remo
Deux étapes du Tour de Catalogne
Quatre étapes du Tour du Pays Basque
Amstel Gold Race
Liège-Bastogne-Liège
Une étape du Tour du Limousin
Tour du Limousin
Grand Prix de Plouay
Deux étapes du Tour d'Espagne
Championnat du monde
Tour d'Emilie
Paris-Tours
Milan-Turin
Tour de Lombardie

Benoit Weber - 3 victoires
Tour Down Under
Tour du Finistère
Grand Prix de Wallonie

Total équipe : 22 victoires
2015
Vincenzo Defrem - 8 victoires
Une étape du Tour Down Under
Tour Down Under
Deux étapes des Trois Jours des Flandres Occidentales
Trois Jours des Flandres Occidentales
Deux étapes du Tour de Catalogne
Tour de Catalogne

Total équipe : 8 victoires
Carrière
Vincenzo Defrem - 66 victoires
Deux Liège-Bastogne-Liège (2013, 2014)
Deux Championnats du monde (2013, 2014)
Milan-San Remo (2014)
Tour de Lombardie (2014)

Amstel Gold Race (2014)
Deux étapes du Tour d'Espagne (2014)
Deux Tours Down Under (2013, 2015)
Un Tour de Catalogne (2015)
Deux Grands Prix de Plouay (2013, 2014)
Cinq étapes du Tour Down Under (1 en 2012, 3 en 2013, 1 en 2015)
Quatre étapes du Tour du Pays Basque (2014)
Quatre étapes du Tour de Catalogne (2 en 2014, 2 en 2015)
Trois Milan-Turin (2012, 2013, 2014)
Deux Tours d'Emilie (2013, 2014)
Paris-Tours (2014)
Flèche Brabançonne (2013)
Coupe du Japon (2012)
Tour de Wallonie (2013)
Une étape du Tour de Wallonie (2013)
Deux Tours de Vénitie (2012, 2013)
Deux Tours du Finistère (2012, 2013)
Deux Trophées Melinda (2012, 2013)
Deux Grands Prix de Wallonie (2012, 2013)
Deux Trois Jours des Flandres Occidentales (2012, 2015)
Paris-Corrèze (2013)
Tour de l'Ain (2013)
Tour du Limousin (2014)
Grand Prix de Rennes (2013)
Grand Prix Ciremi (2013)
Paris-Camembert (2013)
Grand Prix de Denain (2013)
Grand Prix Jef Scherens (2013)
Grand Prix d'Isbergues (2013)
Trois étape du Tour de l’Ain (1 en 2012, 2 en 2013)
Trois étapes des Trois Jours des Flandres Occidentales (1 en 2012, 2 en 2015)
Deux étapes de Paris-Corrèze (2013)
Une étape de l’Etoile de Bessèges (2012)
Une étape du Tour du Limousin (2014)

Benoit Weber - 3 victoires
Tour Down Under (2014)
Tour du Finistère (2014)
Grand Prix de Wallonie (2014)

Pat Delcroix - 1 victoire
Circuit Franco-Belge (2013)

Total équipe : 70 victoires
Dernière modification par f2ff le 07 mai 2015, 18:33, modifié 30 fois.
Image
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
f2ff
Sérieusemennt calé
Messages : 573
Inscription : 05 mars 2011, 21:06
Equipe Préférée : Mapei

Re: [PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par f2ff » 29 sept. 2013, 00:27

Biographie de Vincenzo Defrem

Vincenzo Defrem : La naissance d'une superstar (1/2) (Article de L'Equipe du 18/04/13)
Alors que les Ardennaises commencent aujourd'hui, L'Equipe conclut sa revue d'effectif des favoris de la semaine avec un portrait de Vincenzo Defrem. En effet, le prodige belge s'affirme, déjà, à seulement 22 ans comme une valeur sûre sur les classiques. Celui qui participera pour la première fois aux Ardennaises a l'occasion de devenir le plus jeune vainqueur de l'histoire en haut du Mur de Huy, et d'être le vainqueur le plus précoce de Liège-Bastogne-Liège de l'ère moderne. Après ses démonstrations de force répétées depuis le début du mois, il est désormais considéré comme le rival le plus dangereux de Gilbert, le seul coureur à l'avoir devancé lors des derniers championnats du monde. Retour sur l'itinéraire d'un phénomène...


Le 11 Février 1991, à Namur, nait d'une mère belge et d'un père italien, un certain Vincenzo Defrem. Rien ne le prédestinait, a priori, à devenir le coureur le plus prometteur du monde. D'ailleurs, très jeune il se consacre à d'autres sports, brillant notamment en athlétisme et en tennis, développant ainsi des qualités d'endurance et d'explosivité qui allaient grandement lui servir par la suite. Il reçoit d'ailleurs son premier vélo pour son treizième anniversaire, afin de pouvoir se rendre à et revenir de ses entraînements d'athlétisme avec ses copains. L'apprentissage du vélo est difficile et Defrem subit les moqueries de ses camarades, déjà beaucoup plus expérimentés et à l'aise sur leur machine, en raison de son allure peu académique. Lors des grandes vacances, il va en Espagne avec sa famille pour rendre visite à son oncle. C'est une révélation pour le jeune Vincenzo qui sort tous les jours à vélo avec son oncle, qui lui enseigne les rudiments du sport, et modifie sa position au point d’en faire un des coureurs au style le plus aérien de ces dernières années.

Une fois rentré en Namur, il abandonne définitivement le tennis pour consacrer plus de temps à sa nouvelle passion et lorsqu'il va à ses entraînements d'athlétisme, il n'est plus la risée de ses camarades. Progressivement, alors qu'il est le meilleur demi-fondeur de Belgique dans sa tranche d'âge, il se met à sauter de plus en plus ses entraînements pour faire des sorties supplémentaires à vélo. Ses parents décident donc de l'inscrire dans un club de cyclisme, le Speedy Club Namur. Là, à 14 ans passés, il commence enfin à exploiter son potentiel. Impressionnant tous ses partenaires et l'encadrement du club, il participe rapidement à sa première course. En ouverture du Grand Prix de Wallonie professionnel, il remporte la course minime avec une accélération sèche (qui allait devenir sa marque de fabrique) dans l'ascension vers la citadelle. Prenant conscient de son don pour le cyclisme, il décide finalement d'arrêter l'athlétisme sur un dernier titre de champion de Belgique minime du 1500m, pour se consacrer exclusivement à la petite reine.

Jour après jour, Defrem progresse. Il travaille comme un forcené, alternant montées à bloc vers la citadelle et longues sorties dans les environs afin de rattraper les années de retard accumulées lors de son enfance. Rapidement, il se fait un nom dans le milieu comme l'un des meilleurs puncheurs de sa génération, en accumulant les victoires sur les épreuves vallonnées. Ses principaux rivaux sur la scène domestique se nomment Weber et Delcroix avec lesquels il s'entend par ailleurs très bien. Les mois passent, Defrem continue son ascension fulgurante et bientôt même Weber et Delcroix ne lui posent plus aucun problème en course. En parallèle, il poursuit une scolarité normale, seule condition imposé par ses parents pour l'autoriser à faire du sport à haut niveau. Il obtient même d'excellents résultats qui lui permettent d'intégrer la prestigieuse université de Cambridge pour suivre des études de mathématiques et assurer sa future reconversion. Il n'y passera que six mois, car sa vie allait basculer...
Vincenzo Defrem : La naissance d'une superstar (2/2) (Article de L'Equipe du 18/04/13)
Deuxième (et dernière) partie du portrait de Vincenzo Defrem avec un retour sur ses premières années dans le monde du cyclisme professionnel...


Vincenzo Defrem quitte Cambridge après seulement six mois. En effet, l'inévitable se produit et il reçoit ses premières propositions pour rejoindre des équipes professionnelles. Après mûre réflexion, il finit par céder et rejoint ses amis Delcroix et Weber dans la nouvelle équipe australo-belge KBC Kraft Foods. Pas encore 19 ans et déjà leader... La transition dans le monde professionnel ne se fera pas sans heurts, son père lui reprochant d'abandonner ses études et s'inquiétant de la solidité financière de cette toute jeune équipe. Le manager général de l'équipe ira en personne rassurer les parents de Defrem sur les finances de l'équipe et le jeune prodige accepta de continuer ses cours par correspondance, si bien que tout rentre dans l'ordre. Enfin presque, parce que sur le plan sportif les résultats tarde à arriver.

Defrem découvre un nouveau monde où il a du mal à se faire une place ce qui ne l'empêche pas d'essayer. Il grappille tout ce qu'il peut, multiplie les échappées mais son manque de foncier au plus haut niveau est criant. Avec une 11ème place au Samyn et le port (temporaire) du maillot de meilleur grimpeur sur le circuit de la Sarthe, son bilan à la mi-saison est famélique. Loin de le décourager, ça ne fait que le pousser à travailler d'arrache-pied pour combler son déficit de puissance et d'endurance face aux meilleurs coureurs du monde. Ce rythme d'entraînement infernal finit par payer car la fin de saison est prometteuse avec deux cinquièmes places sur des courses renommées, le Grand Prix Beghelli et la Coupe du Japon. Sa 440ème place mondiale est anecdotique car tous les spécialistes s'accrodent à dire qu'on le retrouvera beaucoup plus dans la hiérarchie dans les années suivantes.

2011 est sa deuxième année professionnelle et Defrem se doit de confirmer les progrès entrevus fin 2010 sous peine de n'être qu'un espoir déçu de plus dans le monde impitoyable du sport de haut niveau et c'est ce qu'il va faire brillamment. Grâce à ses qualités de puncheurs il s’accroche sur les étapes vallonnées et pour ses courses de rentrée, termine 15ème du Tour du Haut-Var et 12ème des Trois Jours des Flandres Occidentales. Ce ne sont que les prémices de son très bon mois d’Avril : 15ème du Tour du Trentin malgré un contre-la-montre calamiteux, 9ème du Albert Acherthes Profonde von Drenthe, 6ème de la Flèche Brabançonne, 4ème du Tour du Finistère et surtout son premier podium : 3ème au Grand Prix de Denain. Cette régularité nouvelle surprend chez un coureur si jeune ce qui ne l'empêche pas de continuer sur sa lancée lors de sa deuxième partie de saison.

Il remporte son premier classement annexe : il termine meilleur jeune du Tour de l’Ain (ainsi que 4ème du général et de deux étapes). Il ne perd néanmoins rien de ses qualités sur les courses d’un jour. Il se rend en Italie pour une série de semies-classiques : il finit 14ème de la Coupe Agostoni et 10ème du Trophée Melinda avant de passer tout près de sa première « vraie » victoire sur le Tour de Vénitie en finissant 3ème du sprint des gros bras. Mais ce n’est que partie remise et sur ses terres, lors du Grand Prix de Wallonie, il lâche Chavanel, Brutt et Visconti (excusez du peu) pour remporter une première victoire professionnelle hautement symbolique. Non content de lui permettre de lever les bras, cette course prouve qu'il est le spécialiste mondial de la montée vers la citadelle de Namur, là même où il avait forgé sa première victoire chez les jeunes et où il s'entraîne tous les jours. Ses résultats lui valent une sélection pour les championnats du monde où il signera son premier coup d'éclat au plus haut niveau.

Instigateur de l’échappée matinale, il s’offrira un long baroud d’honneur alors que ses compagnons se font reprendre un à un. Il sera rejoint à seulement 13 kilomètres de l’arrivée par son leader Philippe Gilbert et l’Italien Gasparotto. Repris par le peloton à l’abord du sprint, il termine à une anonyme 41ème place alors que Gasparotto revêt le maillot arc-en-ciel. Defrem a du mal à digérer l'attitude de Gilbert qui l'a condamné pour finalement rater la victoire et c'est le début d'une rivalité entre les deux Belges qui n'a fait que s'amplifier depuis. Defrem finit sa saison avec une 9ème place au Tour d'Emilie. Classé 106ème mondial en fin d'année il a progressé de manière fulgurante et après son numéro pendant les championnats du monde, il semble prêt à passer, encore, à la vitesse supérieure.

2012 doit être l'année où Defrem découvre le plus haut niveau et ça commence dès Janvier avec sa première course Pro Tour (qui est également la première de son équipe à ce niveau) : le Tour Down Under. Il profite de l'ascension de Willunga pour faire la différence et remporter l'étape. Bien que s’emparant temporairement du maillot ocre de leader, il ne pourra s’imposer au général, trahi par la faiblesse de son équipe, mais termine quand même 3ème et meilleur jeune. Alors qu'il n'a pas encore 21 ans, il s'affirme déjà comme un des hommes forts du peloton. Il poursuit sur sa lancée à l’Etoile de Bessèges : finissant 2ème du général, meilleur jeune et enlevant une étape. Néanmoins, il s’efface un peu par la suite, au Tour Méditerranéen (6ème) et au Tour du Haut-Var (12ème). Lors de l’ouverture de la saison pavée, il montre que son foncier est nettement meilleur , puisqu'il achève le Samyn en 2nde position face à l’armada Topsport, avant de remporter l’étape pavée et le général des Trois Jours des Flandres Occidentales, ce qui lui permet de prendre très provisoirement la tête du classement mondial. Durant la fin du mois, il obtient de bons résultats avec notamment une 5ème place à A travers les Flandres et une 6ème à la Classique Loire Atlantique. Le mois d’Avril est dans la lignée des précédents, c'est-à-dire très bon : 1er du Tour du Finistère, 9ème de la Flèche Brabançonne, 14ème du Grand Prix de Denain, 14ème du Grand Prix de l'Escaut… Defrem multiplie les résultats partout où il passe. Il finit avec le Tour du Trentin (8ème et meilleur jeune) et le Tour des Appennins (2ème) avant de prendre un repos bien mérité.

Il reprend en Août, et renoue rapidement avec le succès sur le Tour de l’Ain où il remporte une étape, et termine en outre deuxième du général et meilleur jeune. Avec sa 3ème place sur la Coupe Agostoni, il continue sa moisson de places d’honneur. Sa préparation pour les Championnats du Monde est pour le moins encourageante : 1er du Trophée Melinda, 1er du Tour de Vénétie et 3ème du Grand Prix de Wallonie. Defrem cumule les succès et semble vraiment avoir changé de dimension. Aux championnats du monde, il finit 2ème, distançant tous les favoris sauf un : Gilbert dernier rescapé de l’échappée matinale. Si la Belgique signe un doublé historique, la course n'a rien fait pour arranger les relations entre les deux hommes bien au contraire. Defrem bien décidé à évacuer sa déception des championnats du monde, finit sa saison en beauté : 4ème du Grand Prix Beghelli, 1er de Milan-Turin et 1er de la Coupe du Japon. A 21 ans, il termine déjà n°8 mondial et s'affirme déjà comme un Vélo d'Or en puissance.

Defrem est attendu au tournant en 2013 après avoir empoché dix succès en 2012. D'ailleurs il se fixe lui-même des objectifs très ambitieux, avec une victoire sur les Ardennaises et un titre de champion du monde. Dès ses premiers tours de roues, il écœure la concurrence, remportant trois étapes, le général, le classement par points et celui de meilleur jeune du Tour Down Under. S'en suit un trou d'air, où branché sur courant alternatif, il alterne le très mauvais (aux alentours de la 50ème place lors du week-end d'ouverture en Belgique) et le très bon (4ème du tour du Haut-Var, 2ème de Nokere Koerse et de Cholet Pays de Loire) sans jamais trouver l'ouverture. Il faut dire que les problèmes liées aux invitations refusées à son équipe ne l'ont pas aidé à se préparer dans des conditions optimales. Auteur d'un authentique exploit lors des Trois Jours de la Panne, il arrive au sommet de son art au moment idéal. Enchaînant les victoires : Grand Prix de Rennes, Grand Prix Ciremi, Paris-Camembert, la Flèche Brabançonne, le Grand Prix de Denain et le Tour du Finistère, soit dix déjà depuis le début de l'année, il semble inarrêtable en ce mois d'Avril 2013. Il ne lui manque plus qu'à concrétiser les espoirs de tout un peuple lorsque ça compte vraiment, pendant les grandes classiques. Ca tombe bien les Ardennaises commencent aujourd'hui...
Les Nouveaux Défis de Vincenzo Defrem (Article de Vélo Maganzine du 04/08/13)
Ans, 21 avril 2013 à 17h12. C'est le début d'une nouvelle ère dans le monde du cyclisme professionnel. C'est l’avènement d'un grand champion. Vincenzo Defrem se retourne une dernière fois avant de lever les bras au ciel. Il vient de remporter de Liège-Bastogne-Liège, sa première victoire majeure, à tout juste 22 ans. Que réserve le futur lorsque l'on est déjà au sommet alors que les coureurs de notre génération, pour la plupart, ne sont même pas encore passés professionnels ? Qui de mieux que la nouvelle coqueluche du public belge en personne pour répondre à cette question (et plein d'autres à son sujet) qui taraudent les fans de cyclisme de la planète entière ?

Vélo Magazine : Une question facile pour commencer. Vous avez annoncé viser les championnats du monde. Où allez vous courir d'ici là pour arriver au sommet de votre forme là-bas ?
Vincenzo Defrem :Je vais beaucoup courir en Italie et faire la majorité des semies classiques de la région qui ont lieu en août. Auparavant, je vais disputer Paris-Corrèze et le Tour de l'Ain. Si l'équipe est invité, je prendrais le départ à Plouay. Je finirais avec des courses d'un jour dans le nord de la France et en Belgique.

VM : Un calendrier bien chargé donc. N'y a-t-il pas un risque de fatiguer rapidement ?
VD : Non, je ne pense pas. J'ai l'habitude de ce genre de période à haute intensité. Et puis je viens juste de reprendre, j'ai beaucoup moins couru que la majorité des coureurs jusqu'à présent. Vous savez par rapport à un Valverde qui fait à fond les Ardennaises, le Tour, la Vuelta et les championnats du monde, j'ai un programme plutôt léger.

VM : Projetons nous maintenant un peu plus loin dans le futur. Quels sont vos objectifs sur le long terme ?
VD : Vous savez tout s'enchaîne tellement vite depuis que je suis passé pro que c'est difficile de savoir de quoi l'avenir sera fait. Je n'aime pas trop me fixer des objectifs parce qu'une fois qu'ils sont atteints, il y a souvent une décompression, un relâchement qui entraîne une baisse de résultats, ce que je veux absolument éviter. Parfois, im m'arrive d'annoncer qu'une course est un objectif mais c'est pour mettre la pression sur les adversaires, c'est une façon de leur dire que je serais prêt et qu'ils ont intérêt à sortir le grand jeu s'ils veulent me battre. Personnellement, je ne suis pas difficile, je n'ai pas de préférence, je veux gagner toutes les courses sur lesquelles je m'aligne que ce soit une kermesse ou les championnats du monde. L'an prochain, je vais focaliser ma progression sur les flandriennes, puis dans quelques années, il n'est pas impossible que je me consacre aux courses par étapes. Je pense pouvoir être assez polyvalent pour pouvoir m'imposer sur tous les terrains et c'est ce que je travaille à l'entraînement.

VM : Vous êtes le coureur le plus prometteur de votre génération et pourtant vous n'avez jamais disputé de grand tours. Pensez vous que cela puisse changer dans les mois à venir ?
VD : Je n'envisage pas de prendre ma retraite sans courir un grand tour. Dans l'idéal, j'aimerais tous les courir mais il faut faire des choix, et pour l'instant je ne grimpe pas assez bien les longs cols pour espérer quoi que ce soit au classement général donc c'est moins prioritaire que des courses comme les classiques où j'ai de réelles chances de victoire. Et puis, le Giro et le Tour, au niveau du calendrier c'est clairement pas idéal pour moi. La Vuelta, en revanche, pour préparer les championnats du monde c'est pas forcément impossible que j'y aille bientôt.

VM : Tant que nous sommes sur le sujet de votre avenir. Votre équipe est souvent décrite comme étant trop faible pour vous aider quand vous en avez besoin. Allez vous rester chez KBC ou partir vers une équipe de meilleur standing ?
VD : Il me reste un an de contrat. C'est trop tôt pour en parler mais je me sens bien dans l'équipe et je ne vois pas de raison de partir. On est tous très jeunes, on va continuer à progresser et vous allez voir que certains ont tout à fait le potentiel pour rivaliser avec les meilleurs. Après en 2015, je serais en Pro Tour, avec ou sans KBC, je n'ai pas envie de revivre la situation de cette année avec l'attente de l'attribution des wildcards.

VM : Passons maintenant aux questions qui fâchent. Certains coureurs vous décrivent comme arrogant. Qu'en pensez vous ?
VD : Je ne pense pas être arrogant, je dirais plutôt que je suis ambitieux et peut-être que c'est ça que les gens prennent pour de l'arrogance. C'est imposssible de remporter les plus grandes courses du monde sans un minimum d'ambition car c'est ça qui vous pousse à vous dépasser à l'entraînement pour progresser. La majorité des coureurs se satisferait de gagner une médaille d'argent aux championnats du monde alors que je considère que c'est un échec. Pour moi, c'est ça qui fait la différence entre les grands champions comme Contador (ndlr : il vient d'ailleurs de remporter son 4ème tour de France après 2007, 2009 et 2012) et le reste. Si certains pensent que je suis arrogant parce que je dis que je veux gagner une Ardennaise et que je le fais, ils feraient bien de déterrer un dictionnaire et de regarder la définition d'arrogant.

VM : Une nouvelle question délicate. Qui sera le leader de la Belgique sur les championnats du monde, Gilbert ou vous ?
VD : Le choix ne dépend pas de moi, mais je vais tout faire pour que mes résultats me rendent le plus indiscutable possible dans le rôle du leader. Ca risque quand même d'être compliqué vu qu'il est tenant du titre mais j'aime bien les challenges. Et puis, s'il avait respecté les consignes d'équipe, j'aurais peut-être déjà revêti le maillot arc-en-ciel donc je vais pas lui faire de cadeau. Ca sera pas facile d'établir une hiérarchie vu qu'on va pas beaucoup se croiser d'ici là hormis à Plouay. Ca sera donc important d'être performant là-bas. De toute façon, c'est pas mon problème, c'est celui du sélectionneur. Je viens de gagner le Tour de Wallonie et je monte encore en puissance, je suis exactement là où je veux être dans ma préparation. Je serais prêt le jour J, Gilbert je ne sais pas.

VM : La transition pour la question suivante est toute trouvée. Gilbert est-il votre plus grand rival ?
VD : C'est délicat de répondre à cette question car je cours surtout en continental face à des coureurs que je domine régulièrement et que je ne peux donc pas considérer comme des rivaux. En même temps, c'est difficile de considérer quelqu'un comme un rival quand on l'affronte que trois, quatre jours par an même si c'est sur les plus grandes courses du monde. Pour l'instant, je dirais que j'ai des adversaires mais pas de rivaux. Ca devrait changer quand l'équipe passera en Pro Tour et que j'affronterais les meilleurs coureurs du monde toutes les semaines. Après c'est vrai que Gilbert, en tant que puncheur assez rapide au sprint, est un peu dans le même registre que moi. Je pense qu'on risque de s'affronter souvent dans le futur sur des courses comme Liège-Bastogne-Liège. Mais c'est loin d'être le seul coureur dans ce cas de figure. Valverde fait une saison fabuleuse (ndlr : vainqueur de l'Amstel, de la Classique de Saint Sébastien, 2ème de Liège-Bastogne-Liège, 4ème de la Flèche Wallonne notamment) et c'est probablement le favori des championnats du monde.

VM : Pour finir, quel est votre favori pour la Vuelta qui va bientôt débuter ?
VD : Le vainqueur est chez Astana, ça c'est clair, il suffit de regarder l'équipe qu'ils alignent. Après entre Valverde et Contador, ils sont tellement forts que c'est difficile de les départager. Valverde vient de perdre le Tour face à Contador donc je pense qu'il sera encore plus motivé que d'habitude.
Dernière modification par f2ff le 18 janv. 2014, 15:48, modifié 3 fois.
Image
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Lesuisse
Messages : 1377
Inscription : 22 août 2013, 19:47
Pays : Suisse
Equipe Préférée : CCC Sprandi - Polkowice
Localisation : Mémorial Josef Cerny

Re: [PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par Lesuisse » 29 sept. 2013, 00:48

Des australiens ? Ça ne peut que m'intéresser :mrgreen:
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Schleckpower
Messages : 5508
Inscription : 10 déc. 2011, 11:28
Equipe Préférée : Trek Factory Racing
Localisation : Marseille

Re: [PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par Schleckpower » 29 sept. 2013, 10:08

Il a bien évolué le petit Deferm :mrgreen:
Par contre, enlève les URL de tes screens ;)
PCM France déménage, rendez-vous sur le Gruppetto http://legruppetto.com/forum/viewforum.php?f=67
Avatar de l’utilisateur
Eber
Besoin d'aide ?
Messages : 2547
Inscription : 14 déc. 2011, 11:34
Equipe Préférée : Team Cannondale - Garmin
Localisation : Beauceron de souche

Re: [PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par Eber » 29 sept. 2013, 11:05

Très bon début, je suivrais à n'en pas douter. ;)
Image
Image

Ligue : Aide de camp et Manager de la Cannondale-Garmin
Rivals Manager 2015 : 5217 points (Équipe)
Awards 2014 : Le plus serviable, Le Grand Sage et Le Meilleur Anim
(anciennement Le rieur)

JesuisCharlie (07/01/2015)
Avatar de l’utilisateur
Loïc
Messages : 1533
Inscription : 26 mars 2013, 23:27
Equipe Préférée : Astana Pro Team

Re: [PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par Loïc » 29 sept. 2013, 12:02

Andy qui gagne deux TDF :o
Defrem 8-)
team nutella mars : Loic Ey


Image Image
Avatar de l’utilisateur
Anthony Roux
Messages : 987
Inscription : 02 juil. 2013, 12:22
Equipe Préférée : FDJ

Re: [PCM 2010] KBC - Kraft Foods

Message par Anthony Roux » 29 sept. 2013, 13:04

Il est un peu ton Defrem :?: :?

Je suivrais ça ma l'air intéressant !
Simulation ligue : Lampre
Répondre

Revenir à « Récits / Stories »