La course gardoise, qui était cette année disputée pour la 42e fois, accueillait bon nombre de coureurs français de premier plan. Tous ceux-ci ont confirmé, même si quelques bonnes surprises se sont mêlées à la fête.

Image
Coppel, le retour 

Cela faisait un an et demie que Jérôme Coppel n’avait rien gagné. C’est maintenant chose faite. Toujours présent dans le peloton dans les cinq premières étapes, il a remporté le contre-la-montre qui servait d’épilogue, ce qui lui a permis de prendre définitivement la tête du classement général. Deux belles victoires qui viennent encore garnir le très beau palmarès de ce coureur qui n’a pourtant que 25 ans.

Rolland se montre là où on ne l’attend pas

Six mois et quelques jours après son maillot blanc sur le Tour, Pierre Rolland venait sur l’Etoile de Bessèges en tant que figurant. A la base, le parcours ne lui convenait pas. Il n’y avait pas de réelle étape de montagne et le contre-la-montre final, bien que difficile, ne l’était pas assez pour voir le jeune français jouer le général. Pourtant, il a donné tort à tous ses adversaires. Echappé sur la troisième étape, il allait au bout pour lever les bras pour la première fois depuis l’Alpe. Après un contre-la-montre moyen (10e), Rolland terminait ce tour à la quatrième place du général, à une seconde du podium. Une belle victoire et un bon bilan pour lui qui espère briller plus tard dans la saison, notamment en juillet…

Kittel bon, sans plus

Il était venu en monstre des sprints, en immense favori pour les étapes plates. Mais Marcel Kittel, qui avait approché les 20 succès en 2011, est passé tout près de repartir bredouille de l’Etoile de Bessèges. Deuxième de la première étape, la faute à un mauvais classement, il remportait le lendemain sa première victoire de l’année. Il abandonnait ensuite pour se préparer au mieux à la suite de la saison, laquelle s’annonce radieuse pour l’ogre allemand.

Bouhanni, une belle surprise

Nacer Bouhanni entamait sa deuxième saison professionnelle à l’Etoile de Bessèges. Et il a commencé par une victoire. Devant Kittel, rien que ça. Troisième de la deuxième étape, à la même place le lendemain derrière deux échappés, Bouhanni a confirmé ses talents de sprinteur, déjà entrevus par intermittence la saison dernière. Reste à être plus régulier qu’en 2011, et à éviter les coups de poing.

Image

Vermeulen, quelle première !

A 35 ans, Franck Vermeulen arrivait dans le cyclisme professionnel un peu en retard. Une histoire semblable à celle de Jean-Christophe Péraud, lui aussi devenu professionnel passé la trentaine. Seul échappé parvenant à accompagner Rolland lors de la troisième étape, Vermeulen surprenait prenait la sixième place du contre-la-montre final pour s’emparer de la deuxième place du général. Une première course dont rêveraient pas mal de coureurs…

Etoile de Bessèges : Les favoris au rendez-vous

Laisser un commentaire