A quelques jours de la sortie de Pro Cycling Manager 2018, nous vous proposons de faire le point sur les nouveautés qui ont été annoncées par Cyanide et Focus. Elles devraient permettre au jeu de se rapprocher de la réalité.

Graphisme

Le graphisme de Pro Cycling Manager 2018 n’a pas été particulièrement retravaillé par rapport aux précédents opus. On remarquera seulement de nouveaux bâtiments à intégrer dans les étapes, comme des grands magasins et des usines.

Mode Pro Cyclist

Trois ans après l’arrivée du mode Pro Cyclist, celui-ci va connaître une petite évolution. L’évolution de votre coureur va en effet être davantage personnalisée. Au lancement de la partie, il sera en effet possible de choisir deux axes de spécialisation, comme « Puncheur / Grimpeur ». De plus, chaque passage de niveau va proposer un choix stratégique : il faudra choisir entre augmenter ses caractéristiques immédiatement et augmenter son potentiel maximum. Pour progresser au mieux, il vaudra mieux éviter de délaisser l’une de ces options, notamment au début de la carrière.

Sponsors

La relation avec les sponsors ne voit pas un grand chamboulement, mais de petites améliorations qui vont permettre de rendre le jeu plus immersif. Dans un premier temps, la négociation avec les sponsors (actuels et potentiels) pourra se faire plus tôt dans la saison, pour aborder la suivante plus facilement. De plus, la page « Sponsors » va afficher le budget prévisionnel pur la saison à venir. Ce budget prévisionnel va varier en fonction de la réussite des objectifs, qui influe sur la confiance du sponsor. Ce paramètre, qui était déjà plus ou moins présent dans les précédents opus, sera cette fois indiqué clairement, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Capture d'écran de Pro Cycling Manager 2018
Capture d’écran tirée du site internet officiel de Pro Cycling Manager 2018

Transferts

Le changement du fonctionnement des transferts est une des deux grosses améliorations de Pro Cycling Manager 2018. En effet, les équipes dirigées par l’IA (Intelligence Artificielle) vont maintenant avoir des vraies stratégies de recrutement. Ces stratégies vont se baser sur les objectifs d’équipe définis par les sponsors. Les équipes gérées par l’IA vont donc avant tout recruter des coureurs dont elles ont besoin pour réaliser leur objectif. Par exemple, une équipe spécialisée dans la montagne et qui aimerait se développer sur les sprints va chercher à recruter des bons sprinters ou des bons équipiers sur le plat, sans qu’ils soient particulièrement bons en montagne. Ce ne sera bien sûr pas le seul élément à prendre en compte, puisque le budget va bien sûr rentrer en jeu. Mais l’IA va également devoir composer avec une restriction, plus ou moins forte, sur la nationalité. En effet, certains sponsors vont imposer aux équipes un recrutement davantage régional ou national.

Cette modification du système de transferts va également concerner les négociations de contrat. Il est maintenant possible de connaître l’intérêt d’un coureur à rejoindre notre équipe. Il faudra également prendre en compte les préférences de chaque coureur : ils pourront préférer leur rôle dans l’équipe, l’environnement de l’équipe ou le salaire avant tout. De cette manière, construire la meilleure équipe va devenir plus difficile et va demander plus de stratégie.

Capture d'écran de Pro Cycling Manager 2018
Capture d’écran tirée du site internet officiel de Pro Cycling Manager 2018

Gameplay

La nouveauté de Pro Cycling Manager 2018 qui va apporter le plus de réalisme au jeu réside sans aucun doute dans le gameplay. Les développeurs de Cyanide ont en effet travaillé pour rapprocher les courses de la réalité.

Dans un premier temps, les échappées vont être bien plus diverses que sur les opus précédents. A présent, la taille de l’échappée va dépendre du profil de la course. De ce fait, des échappées de plusieurs dizaines de coureurs, comme cela a été le cas sur le dernier Tour de France, pourront se former sur certaines courses, notamment sur les étapes de montagne des Grands Tours. La qualité des coureurs présents dans ces échappées dépendra également des conditions de course. Ainsi, il sera possible de voir un bon grimpeur distancé au général prendre l’échappée en fin de Grand Tour, mais aussi pourquoi pas de grandes tentatives de leaders bien placés au général.

Mis à part les échappées, le gameplay des classiques, et notamment des classiques pavées, a été particulièrement retravaillé. La difficulté des secteurs pavés se fera davantage ressentir que sur les opus précédents. Cela donnera ainsi lieu à davantage d’attaques, en particulier de la part de favoris ou d’outsiders n’ayant pas une équipe suffisamment forte pour contrôler la course.

Dans leur ensemble, les étapes de Pro Cycling Manager 2018 seront plus sélectives, les leaders utilisant davantage leurs équipiers. Cela se voit par exemple dans la vidéo de Mr ProCyclingManager ci-dessous, où l’on voit le groupe de favoris en file indienne dans la dernière montée.

De manière globale, le gameplay de Pro Cycling Manager 2018 se caractérise par une IA plus agressive que par le passé. Par exemple, les sprints intermédiaires ou à l’arrivée seront ainsi plus disputés. De même, la gestion de la vitesse a été améliorée, donnant lieu à des écarts plus importants sur les contre-la-montre plats. Il faudra donc prendre des risques en montagne si l’on vise la victoire sur un Grand Tour avec un pur grimpeur.

Bilan des nouveautés

Dans leur ensemble, les améliorations annoncées pour Pro Cycling Manager 2018 semblent très alléchantes. Rien ne se fera ressentir au premier coup d’œil, mais c’est au fur et à mesure que ce nouvel opus de PCM devrait montrer ses qualités.

Retrouvez toutes les actualités sur Pro Cycling Manager 2018 sur notre forum !

Présentation des nouveautés de Pro Cycling Manager 2018
Étiqueté avec :            

Laisser un commentaire