Dire que la Rabo-Liv est la meilleure équipe du monde n’est un secret pour personne, tant la formation de Koos Moerenhout a dominé le classement mondial ces dernières années. Néanmoins, la présence de la « Cannibale des temps modernes » qu’est Marianne Vos aide beaucoup quant à la telle emprise que dégage la formation néerlandaise sur le cyclisme mondial. Malgré cela, la Rabobank n’en demeure pas moins redoutable en l’absence de sa double championne Olympique comme l’atteste cette saison 2014.

140901103157562069

Pour la première fois depuis un long moment, la Rabobank a été contrainte de faire la Coupe du Monde sans son emblématique leader, cependant, la formation créée en 2012 dispose de plusieurs atouts tout aussi impressionnant les uns que les autres : Annemiek Van Vleuten, lauréate de la Coupe du Monde en 2011, Anna Van der Breggen, recrutée pour succéder à Van Vleuten dans le futur, Pauline Ferrand-Prévot dont les prestations, notamment sur la Flèche Wallonne 2011, avaient convaincues Marianne Vos de la faire venir au sein de la formation néerlandaise. Par ailleurs, les Rabobank peuvent compter sur des coureuses telles que Lucinda Brand, championne des Pays-Bas en 2013 ou Iris Slappendel qui, en plus d’avoir dessinée les nouveaux maillots de la Coupe du Monde a également été sacrée championne des Pays-Bas cette saison.

Opérée du dos à la suite d’une grosse saison 2013, Vos avait annoncé quelques jours après son 7ème titre mondial dans les sous-bois qu’elle reprendrait plus tardivement la saison que les années précédentes et de suite, cela s’est fait ressentir en Coupe du Monde, si Anna Van der Breggen avait confirmé en début de saison sa grosse fin de saison 2013 : 2ème sur le Tour de Drenthe, 4ème du Trophée Alfredo Binda et 6ème du Tour des Flandres, celle-ci est venue buter sur une Lizzie Armistead d’une régularité que seules les grandes ont : Lauréate sur le Tour de Drenthe, la vice-championne Olympique avait fini 2ème du Trophée Alfredo Binda en étant juste devancée par Emma Johansson, elle avait également fini à la deuxième et place du Tour des Flandres ou elle fut devancé par sa coéquipière et championne du monde du contre la montre : Ellen Van Dijk. Voyant que sa formation n’arrivait pas à conclure en Coupe du Monde, Marianne Vos fit son retour à l’occasion de la Flèche Wallone et comme un symbole, la Rabobank renoua avec le succès : La championne du Monde protégea Pauline-Ferrand-Prévot qui, sur sa course fétiche vient dompter Armistead et Longo Borghini au sommet du Mur de Huy, un succès d’autant plus symbolique qu’il intervient 10 ans après celui de Sonia Huguet qui, jusqu’alors était la seule vainqueur française d’une manche de Coupe du Monde.

C’est néanmoins à partir du mois de juin que la Rabobank est redevenue le rouleau compresseur des années précédentes, à commencer sur le Giro Donne où Marianne Vos alla conquérir son troisième maillot rose et dont la principale rivale s’appelait : Pauline-Ferrand-Prévot. Et afin de bien démontrer la suprématie de la Rabobank, Anna Van der Breggen compléta le podium. Venait ensuite l’événement de la saison : la première édition de La Course by le Tour, en l’espace d’une journée, le peloton féminin avait les mêmes droits que les coureurs du Tour de France, désireuse de continuer à marquer l’histoire de son sport, Vos était décidée à l’emporter, d’autant que c’était son principal objectif cette saison (en plus des championnats du monde), après une course maîtrisée à la perfection, la triple championne du monde sur route venait devancer au sprint sa compatriote Kirsten Wild et la canadienne Leah Kirchman. Dans la lignée de sa victoire sur les Champs Elysées, la double championne du monde sur piste remporta le Tour de Bochum comptant pour la Coupe du Monde. Après un petit passage en Suède à l’occasion des 2 Opens de Vargarda qui font partis de la Coupe du Monde, intervenait le Grand Prix de Plouay. Comme en 2012 et 2013, il n’y avait plus de suspens puisque la Coupe du Monde avait sacrée Elizabeth Armistead. Néanmoins, la course bretonne a été le lieu de la surpuissance des néerlandaises, Brand, Vos, Ferrand-Prévot et Van der Breggen ont écœurée la concurrence. Si la Rabobank avait laissé filer le classement individuel de la Coupe du monde pour la première fois depuis 2008, elles ont tenues à mettre les choses au clair en plaçant 3 coureuses sur le podium, chose qui jusqu’alors n’avait jamais été réalisée en Coupe du Monde, mieux encore, avec la 5ème place d’Anna Van der Breggen, la Rabobank plaçait 4 de leur 6 coureuses dans le top 5. Sans surprise, la Rabobank remportait à nouveau le classement par équipe de la Coupe du Monde.

En conclusion, la Rabobank dispose d’un effectif impressionnant, néanmoins l’absence de Vos a montrée quelques limites au niveau de leurs autres leaders, Van der Breggen bien que régulière n’a pas encore franchit le cap qui lui permettrait un jour de remporter la Coupe du Monde, Van Vleuten a certainement connue sa plus belle année en 2011 quant à Pauline Ferrand-Prévot, elle semble encore un peu tendre pour viser la victoire finale mais nul doute qu’en 2015, Marianne Vos aura à cœur de s’adjuger une 6ème Coupe du Monde afin de marquer un peu plus l’histoire du cyclisme, chose qu’elle et son équipe font si bien.

Article écrit par 4895

Le cyclisme est un sport qui se court en équipe et à la fin ce sont les Rabo-Liv qui écrasent le monde

Laisser un commentaire